wGowUb0LXo2tyuNozsk5

Quelle complémentaire santé pour vos remboursements homéopathiques ?

L’homéopathie fait partie des médecines douces. Elle consiste en l’absorption d’un traitement naturel et microdosé. Depuis le 1er janvier 2021, elle n’est plus remboursée par la Sécurité sociale. Certaines complémentaires santé continuent tout de même de les prendre en charge.

La Sécurité sociale ne prend plus en charge l’homéopathie

En 1984, la Sécurité sociale remboursait les traitements homéopathiques à hauteur de 65 % de leurs tarifs. Cette prise en charge a progressivement chuté. Puis, la Haute autorité de santé (HAS) a fini par les exempter de remboursement. Le taux est d’abord descendu à 15 % au 1er janvier 2020, pour ne plus être remboursé du tout un an plus tard. Les traitements homéopathiques sont délivrés en vente libre en pharmacie. Vous pouvez retirer les médicaments avec ou sans ordonnance, qu’ils soient à votre charge, ou fassent l’objet d’un remboursement à part.

Le déremboursement total de la Sécurité sociale sur ces produits a entraîné une hausse logique de leurs tarifs, pour les raisons suivantes :

  1. Hausse du taux de TVA, qui est passé de 2,10 % à 10 % ;
  2. Augmentation libre des prix qui ne sont plus encadrés.

Cette mesure ne vous empêche pas de continuer à consulter votre médecin généraliste homéopathe si vous le souhaitez. Vous êtes toujours remboursé à hauteur de 70 % du tarif conventionnel. En revanche, tout dépassement d’honoraires de votre praticien vous incombe, au même titre que n’importe quelle autre spécialité médicale.

Remboursements des complémentaires santé pour l’homéopathie

Tant que la Sécurité sociale remboursait au moins une partie des dépenses en homéopathie, les complémentaires santé avaient l’obligation de rembourser tout ou partie du reste à charge. Depuis le 1er janvier 2021, elles n’y sont donc plus tenues. Celles qui le proposent toujours indiquent quand le contrat inclut le remboursement des produits et actes prescrits non pris en charge par l’Assurance maladie. On trouve généralement 2 forfaits relatifs à ce type de dépenses :

  1. Un forfait annuel visant à laisser le client libre de gérer un montant défini
  2. Un forfait à l’acte limitant le remboursement de chaque séance de médecine douce

Ces forfaits intitulés “médecines naturelles”, “médecines douces”, ou encore “médecines complémentaires”, sont donc optionnels et dépendent du niveau de garantie souhaité. Ils intègrent d’autres pratiques médicales alternatives, telles que :

  • L’ostéopathie ;
  • L’acupuncture ;
  • La naturopathie ;

Les tarifs d’une complémentaire à l’autre étant très disparates, nous vous recommandons de commencer par évaluer votre consommation en soins homéopathiques. Dans un premier temps, ciblez celles avec des forfaits en médecine douce. Puis, effectuez un comparatif des offres proposées pour faire un choix de garanties en adéquation avec vos véritables besoins.

 

Si la Sécurité sociale ne prend plus en charge les traitements homéopathiques, certaines complémentaires santé remboursent encore ce genre de frais. Calculez vos dépenses en homéopathie et comparez les différents niveaux de prise en charge présentés. Ce sera la meilleure façon d’être bien assuré.